L’ambition universelle de chaque entreprise est toujours liée aux notions d’objectifs et de résultats. Au-delà de l’approche traditionnelle, le management de la performance a pour but de soutenir et tirer le meilleur de chaque salarié. L’impact du management de performance n’est pas négligeable : collaborateurs plus épanouis, impliqués et motivés, hausse de la productivité, diminution du nombre de burnouts… Mais concrètement, quelles sont les clés d’un management de la performance efficace ?

Qu’est-ce que le management de la performance ?

Le management de la performance, baptisé par les anglophones performance management, consiste à soutenir continuellement ses collaborateurs et à les encourager afin qu’ils parviennent à l’atteinte de leurs objectifs individuels. Plus largement, la société atteindra à son tour ses objectifs business.

Néanmoins, la gestion de la performance en entreprise ne doit pas être considérée comme un examen annuel ou une série d’objectifs à atteindre, mais plutôt comme un ensemble d’actions servant à soutenir et améliorer la performance individuelle et collective.

La notion de management de la performance va de pair avec les programmes d’engagement des employés. Effectivement, qui dit engagement et motivation dit systématiquement performance et résultats ! Analyser, piloter et favoriser l’engagement de chaque salarié permet d’optimiser la performance individuelle, et donc la performance globale de son organisation.

Manager la performance, c’est donc évaluer, observer les activités pour garantir une certaine pertinence au vu de la stratégie, des objectifs, des processus et du contexte. Pour bien mesurer le management de la performance, on se munira ainsi d’indicateurs, KPIs et tableaux de bord !

À lire aussi >> Les étapes de conception et de production d’opérations social média

Quels indicateurs de performance choisir ?

Il est d’abord essentiel de bien différencier les indicateurs d’action des indicateurs de résultats. Alors que les uns représentent de véritables leviers pour piloter la performance et aider à la prise de décisions, les autres mesurent a posteriori le résultat final.

En effet, en s’appuyant sur les indicateurs de suivi, les décisionnaires peuvent judicieusement revoir leur stratégie, déployer de nouveaux moyens, ou encore arrêter si les choix n’étaient pas appropriés. Les indicateurs de résultats, quant à eux, ne sont rien d’autres qu’un constat. Le reporting suppose un processus de remontée d’informations de surveillance le long de la ligne hiérarchique. On parle alors de KPIS, pour Key Indicator Performance.

À lire aussi >> Veille e-réputation : les trois niveaux de reporting

Les outils de pilotage de la performance

Diriger une entreprise ne s’arrête pas qu’au management des équipes ! Les outils de pilotage de la performance permettent d’apprécier une situation et prendre des décisions de manière éclairée, sans perdre de temps.

Le tableau de bord

Instrument de pilotage par excellence, le tableau de bord offre une lecture rapide et simplifiée :

  •  des prévisions (objectif) ;
  •  de la réalisation ;
  •  des écarts entre la prévision et la réalisation.

Il se compose d’indicateurs de différentes natures, en fonction du but et des utilisateurs qui vont l’exploiter :

  • des indicateurs de performances opérationnelles (Ressources Humaines, logistique…) ;
  •  des indicateurs comptable ;
  •  des indicateurs de qualité ;
  •  des indicateurs marketing.

Lorsqu’il est automatisé, le tableau de bord est alimenté par le système d’information (ERP, CRM, SIRH…), qui assure une fiabilisation des remontées de données, l’amélioration de la vitesse d’alertes, et l’industrialisation du processus préventif et correctif des risques opérationnels.

Toutefois, le risque est de se noyer sous une abondance d’informations… Pour construire un environnement décisionnel stable, transparent et prévisible, l’utilisation de ces solutions de pilotage nécessite une analyse pointue des besoins en informations nécessaires à la bonne réalisation des opérations.

Les traditionnels outils comptables

S’il est vrai que les indicateurs de tableau de bord sont privilégiés par les managers pour piloter la performance de l’entreprise, les outils financiers et comptables traditionnels n’en sont pas moins efficaces lorsque l’on souhaite réaliser une analyse financière de son organisation !

Aujourd’hui, avec le lancement de tous les logiciels de gestion en ligne et aux autres outils de comptabilité analytique, il est possible d’améliorer le pilotage d’une entreprise à moyen et long terme. Et pour cause, ils offrent un aperçu détaillé des charges et produits pour déterminer des prix de revient réel précis par activité. Il est ainsi possible de générer des documents de pilotage relatifs à la finance et comptabilité, tels que :

  •  le bilan prévisionnel ;
  •  les soldes intermédiaires de gestion (SIG) ;
  •  le budget prévisionnel ;
  •  le plan de trésorerie.

Couplés à des indicateurs de gestion et de performance que nous fournissent un tableau de bord, ces outils offrent une analyse financière de la santé de l’entreprise, de son fonctionnement et des choix mis en œuvre par le dirigeant.

Autres outils pour mesurer la performance

D’autres systèmes de mesure peuvent être exploités pour manager la performance. Ces outils peuvent nourrir directement un tableau de bord en tant que source, ou délivrer des données directement exploitables. C’est notamment le cas des baromètres de satisfaction, qui permettent le suivi cyclique de l’appréciation des clients selon divers critères.

Vous connaissez désormais tout sur le management de la performance ! Vous souhaitez vous faire accompagner ? IDAOS, agence en conseil et stratégie digitale, a élaboré un plan d’attaque pour vous accompagner de A à Z : audit de la performance et du trafic ; analyse des besoins ; rédaction de cahier des charges des actions à mener ; accompagnement à vos appels d’offres ; l’analyse des offres et le choix des prestataires ; pilotage et la gestion de projet web…

Pour plus d’informations, contactez-nous !