Blog IDAOS

Tendances digitales de l’été 3/4 : Facebook, Zynga et Groupon chahutés en Bourse

En ce début de semaine, reprenons là où nous étions arrêtés avec notre série des tendances de l’été. Après avoir abordé la révolution des usages mobiles et les nominations à la tête de grands groupes de l’Internet, penchons nous à présent sur les déboires rencontrés en Bourse par Facebook, Groupon et Zynga.

 

Tendance N°3 – Facebook, Zynga et Groupon chahutés en Bourse

L’action Facebook n’a eu de cesse de glisser cet été. Son prix d’introduction était de $38 en mai. Il était mardi 04 septembre de $18.22. Par rapport à sa capitalisation initiale estimée à 112 milliards de dollars, l’entreprise a déjà perdu 50 milliards de dollars depuis son introduction en bourse.

 
Si le réseau social peine depuis quelques mois, Zynga est lui aussi en proie aux difficultés. L’éditeur de jeux vidéos en ligne, a en effet vu le cours de son action passer sous la barre des $3. Depuis son introduction fin 2011 à $10, le titre a perdu énormément de terrain.

 
Groupon, le site d’achats groupés a perdu 70 % de sa valeur, soit 9 milliards, depuis son introduction. Au dernier trimestre, le groupe a réalisé 1,29 milliard de dollars de chiffre d’affaires, contre 1,35 milliard trois mois plus tôt. Aujourd’hui, l’action se chiffre à $4.22.

 

Facebook tente de rassurer ses investisseurs

 
Pour revenir à Facebook, les investisseurs doutent de ses capacités à augmenter ses revenues et à monétiser efficacement son audience web et mobile. Pour y répondre, le réseau social s’apprête notamment à intégrer de la publicité dans son application mobile (plus utilisée que jamais) via des bannières display.
Il vient aussi de mettre en place un système de résultats sponsorisés directement dans la barre de recherche de sa plateforme (à la manière d’un Google). Ces liens sponsorisés Facebook ne sont pas encore disponibles en France mais ne devraient pas tarder à arriver.

 
Au-delà des remises en question logique du modèle et médiatique sur la remise en question de Mark Zuckerberg en tant que CEO, il me semble logique que le réseau prenne le temps d’affiner son modèle avant de trouver l’accélération de la croissance de son chiffre d’affaires.

Franck Perrier

Franck Perrier

Un commentaire

Ecrire une réponse

Votre adresse email ne sera pas diffusée.