Dans le cadre des travaux menés par les députés UMP, sous la direction de Jean-François Copé, Franck Perrier était invité à participer au débat sur le rapport « Ethique du numérique ». L’objet de ces débats est de cerner les enjeux de l’internet pour les utilisateurs et les acteurs de la vie publique.

2 questions sont au coeur de ces débats:
– Comment protéger, promouvoir et actualiser, dans la sphère numérique, les acquis auxquels nous sommes attachés? Liberté individuelle, droit à l’intimité, protection de la vie privée…
– Comment mettre le numérique au service d’un progrès éthique? liberté de l’information, propriété intelectuelle…

Mise à jour F.P. suite au débat :

Mon point de vue a été d’alerter sur les limites du rôle de législateur face à Internet trans-frontière, en évolution beaucoup plus rapide que le rythme du législateur, et la nécessaire liberté de développement de nouveaux modèles économiques.  A travers leurs commentaires, il est clair que les acteurs établis, Lagardère ou Vivendi présents hier par exemple, n’ont pas saisi et intégré à temps l’impact de l’internet sur leurs modèles. Gardons nos distances face à leurs demandes.

Laissons aussi sa place à l’auto-régulation et aux instances plus souples. La CNIL est un bon exemple de gouvernance qui relaie les valeurs de notre pays.